L’analyse des coûts dans les décisions politiques de la lutte contre le VIH

La crise du financement de la lutte contre le VIH a été très présente à la conférence ­d’Addis-Abeba. L’analyse des coûts apparaît donc comme de plus en plus importante pour la compréhension de l’analyse des programmes et pour l’amélioration de leur performance.

Jean-Paul Moatti: «Il faut plus de synergies entre lutte contre le sida, amélioration des systèmes de santé et action pour le développement»

Au moment même où la palette des outils de lutte contre l’épidémie s’élargit, les ressources mondiales disponibles dans la lutte contre le sida baissent. Après 25 ans de progrès ! Comment repenser le financement de la lutte contre le sida ? Analyses et suggestions d’évolutions de l’économiste Jean-Paul Moatti.1Cet entretien a été réalisé peu avant l’annonce de la décision du Fonds mondial d’annuler le round 11, qui suspend jusqu’en 2014 la poursuite de l’accès universel, et avant l’annonce de la démission de Michel Kazatchkine de la tête du Fonds mondial. En 2010, 6,6 millions de personnes vivant avec le VIH recevaient un traitement antirétroviral au Sud selon l’Onusida.

Michel Kazatchkine démissionne de la direction du Fonds mondial

Le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme quittera ses fonctions le 16 Mars 2012. Cette décision a été prise alors que le Conseil d’administration du Fonds devait enteriner le 25 janvier la nomination d’un directeur général appelé à collaborer avec le directeur exécutif, une quasi-mise sous tutelle.

La polémique Carla Bruni-Sarkozy et le Fonds mondial: Revue de web

L’hebdomadaire Marianne, dans un article signé Frédéric Martel parue le 7 janvier de l’édition papier, dénonce «les dysfonctionnements et le mélange des genres auxquels aboutit l’action – et l’inaction – de Carla Bruni-Sarkozy dans sa fondation et son comportement en tant qu’ambassadrice de la lutte contre le sida» pour le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Les réactions ne sont bien sûr pas faites attendre, de la part de la Fondation Carla-Bruni-Sarkozy et de la part de Michel Kazatchkine, qui dirige le Fonds.