VHC : validation d’un traitement face à l’échec thérapeutique

L’essai ANRS REVENGE démontre l’efficacité d’une combinaison sofosbuvir et grazoprevir/elbasvir associée à la ribavirine dans le traitement de patients infectés par le virus de l’hépatite C et en échec thérapeutique suite à la prise d’un premier traitement par agents antiviraux directs (AAD). Cet essai mené par le Pr Victor de Lédinghen (Service d’Hépato-Gastroentérologie et d’Oncologie digestive, CHU Bordeaux, Inserm UMR 1053) et ses collègues, permet d’apporter une solution thérapeutique pour ces patients difficiles à traiter. Les résultats de ces recherches font l’objet d’une publication dans la revueClinical Infectious Diseases.

Prise en charge du VHC : publication des recommandations 2016

L’ANRS et le CNS ont remis le 17 octobre 2016 à la ministre des Affaires sociales et de la Santé un rapport sur la «Prise en charge thérapeutique et le suivi de l’ensemble des personnes infectées par le virus de l’hépatite C» dont elle leur avait confié la réalisation en juin 2016. Ce rapport fait suite à la décision de la ministre, en mai 2016, de permettre l’accès des nouveaux traitements de l’hépatite C à toutes les personnes infectées par le VHC.

Prise en charge de l’hépatite C en détention

L’arrivée des nouveaux antiviraux d’action directe (NAAD), plus efficaces et plus courts, devrait révolutionner le traitement des personnes incarcérées. Opportunité de traitement pour une population précaire et très souvent désinsérée socialement, la mise en œuvre reste difficile du fait de moyens humains et matériels insuffisants. Mélanie Bouteille-Gaillet de l’établissement pénitentiaire national de Fresnes (EPSNF) fait le point pour Swaps.

Etude FIBRHIVIET-ANRS 12262 : près d’un quart des co-infectés VIH/VHC au Vietnam ont une fibrose sévère ou une cirrhose

En 2014, une étude transversale a été réalisée parmi les PPVIH sous antirétroviraux suivis à la consultation de l’hôpital Viet Tiep de Haiphong. Les patients présentant une sérologie VHC positive, en succès de traitement ARV (CD4 > 200/mm3), ont été inclus dans l’étude. Une évaluation des caractéristiques démographiques, cliniques, virologiques et une élastométrie (Fibroscan®) ont été réalisés.

Hépatite C à Montréal : une explosion inquiétante de VHC chez les HSH ?

L’objectif de cette étude était d’évaluer les changements épidémiologiques du VHC à Montréal. Tous les patients suivis à la clinique médicale l’Actuel (le plus grand centre extra-hospitalier de traitement du VIH et des hépatites à Montréal) ont été inclus dans cette étude rétrospective.  Au total, 1 984 patients infectés par une hépatite virale (A, B, C, D ou E) ont été inclus dans la cohorte HEPVIRAC (dont 84 % – 1 662 infectés par le VHC). 

Hépatite B : identification d’un nouveau facteur de restriction

Le virus de l’hépatite B reste un problème de santé publique majeur en France avec près de 300.000 personnes porteuses chroniques de cette infection. Pouvant rester silencieuse pendant de longues années, cette infection peut provoquer sur le long terme des complications graves telles que la cirrhose et/ou le carcinome hépatocellulaire. A ce jour, les traitements disponibles permettent de contrôler la réplication du virus et non d’éliminer totalement le virus de l’organisme. Une étude soutenue par l’ANRS (France REcherche Nord & sud Sida-hiv Hépatites) et menée par des chercheurs du Centre Médical Universitaire de Genève, du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL, Inserm/CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/Centre Léon Bérard), en collaboration avec le laboratoire Gilead ouvre une nouvelle piste thérapeutique en révélant pour la première fois le rôle du complexe Smc5/6 comme facteur de restriction du virus de l’hépatite B. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Nature.

La Commission Européenne approuve Daklinza® (daclatasvir) pour le traitement des patients atteints d’Hépatite C chronique

Cette mise à jour offre des alternatives de traitement supplémentaires pour diverses populations de patients atteints de VHC, y compris ceux qui présentent une cirrhose décompensée (patients atteints d’Hépatite C chronique de génotype 1, 3 et 4 et présentant une co-infection par le VIH, une cirrhose à un stade avancé ou une récidive de VHC postérieure à une greffe de foie, en association avec d’autre médicaments). Les patients co-infectés par le VIH et le VHC connaissent une progression plus rapide de la fibrose que les patients infectés uniquement par le VHC.

La Commission Européenne approuve la mise à jour de l’Autorisation de Mise sur le Marché de Daklinza®(daclatasvir)

Daklinza® (daclatasvir),en association avec sofosbuvir,est le premier traitement antiviral en Europe exclusivement par voie orale,de 12 semaines,pour des patients adultes de génotype3 atteints d’hépatite C chronique sans cirrhose. Le génotype 3 de l’hépatite C chronique progresse plus vite que le génotype1 et est l’un des génotypes les plus difficiles à traiter.

ANRS CO22 HEPATHER: 3 Questions au Pr Stanislas Pol

25 000 patients atteints d’hépatites B ou C. Tel est l’objectif de recrutement de la cohorte CO22 HEPATHER de l’ANRS. Cet outil unique va permettre de répondre à de très nombreuses questions sur l’évolution de ces infections, et pour l’hépatite C, sur l’efficacité et la tolérance à long terme des nouvelles molécules. Pour en savoir plus, le Pr Stanislas Pol, investigateur-coordinateur de la cohorte, répond à nos questions.