Qui peut avoir recours à la Prep?

En France, chaque année, c’est environ 7000 personnes qui sont contaminées. Pour le moment, les chercheurs qui travaillent sur la Prep concentrent leur attention sur les populations très exposées en raison du niveau élevé de personnes infectées parmi leurs partenaires potentiels ou de la répétition des expositions (que ce soient des rapports sexuels ou des injections). C’est donc en premier lieu les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), les travailleuses et travailleurs du sexe et les utilisateurs de drogues injectables.

Des recommandations ont été publiées en octobre 2015 par un groupe d’experts médecins, scientifiques et associatifs pour définir les critères et les modalités de prescription et de suivi de la PrePPrep Prophylaxie Pré-Exposition. La PrEP est une stratégie qui permet à une personne séronégative exposée au VIH d'éliminer le risque d'infection, en prenant, de manière continue ou «à la demande», un traitement anti-rétroviral à base de Truvada®. 
Voir la définition
.

Gays et HSHHSH Homme ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. 
Voir la définition

Pour les gays et HSH, la Prep est recommandée pour les personnes non infectées par le VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
présentant les critères suivants :

  • rapportant des relations anales non protégées avec au moins deux partenaires sur une période de six mois;
  • ou ayant présenté dans l’année plusieurs épisodes d’ISTIST Infections sexuellement transmissibles. 
    Voir la définition
    (syphilis, infections à Chlamydia, gonococcie ou primo-infectionPrimo-infection Premier contact d’un agent infectieux avec un organisme vivant. La primo-infection est un moment clé du diagnostic et de la prévention car les charges virales VIH observées durant cette période sont extrêmement élevées. C’est une période où la personne infectée par le VIH est très contaminante. Historiquement il a été démontré que ce qui a contribué, dans les années 80, à l’épidémie VIH dans certaines grandes villes américaines comme San Francisco, c’est non seulement les pratiques à risques mais aussi le fait que de nombreuses personnes se trouvaient au même moment au stade de primo-infection.
    Voir la définition
    par les virus des hépatites B ou C) ou ayant eu plusieurs recours à un traitement post-exposition consommant des substances psycho-actives lors des rapports sexuels.

Personnes trans

Les personnes trans peuvent bénéficier de la PreP selon les mêmes critères que les HSH. ayant des relations sexuelles non protégées bénéficient de la prescription de Prep selon les mêmes indications que chez les HSH. Des incertitudes demeurent sur d’éventuels problèmes d’interaction entre le Truvada et les hormones.

Personnes chez lesquelles une Prep peut être envisagée au cas par cas

  • Usagers de drogues intraveineuses à risque de partage des seringues
  • Travailleur/ses du sexe exposé/e /s à des rapports sexuels non protégés
  • Personnes ayant des rapports sexuels non protégés dans un groupe où l’infection VIH est particulièrement élevée. C’est le cas en Guyane, chez les personnes ayant des partenaires sexuels multiples, originaires d’un pays où à prévalencePrévalence Nombre de personnes atteintes par une infection ou autre maladie donnée dans une population déterminée.
    Voir la définition
    du VIH est forte, ou usager de drogue injectable. La présence d’ulcération génitale ou anale, d’IST associée, de saignement qui augmente le risque de transmission est aussi un critère de prescription de la PreP.

Et les couples sérodifférents?

Les experts français estiment que la Prep n’a pas de bénéfice démontré si le partenaire séropositifSéropositif Se dit d’un sujet dont le sérum contient des anticorps spécifiques dirigés contre un agent infectieux (toxo-plasme, rubéole, CMV, VIH, VHB, VHC). Terme employé, en langage courant, pour désigner une personne vivant avec le VIH.
Voir la définition
reçoit un traitement efficace, dont l’effet préventif est suffisant en lui-même. En revanche, le partenaire séronégatif peut attendre un bénéfice de la Prep si son ou sa partenaire est séropositive et qui ne sait pas s’il a atteint le contrôle de la réplication virale (c’est à dire une charge viraleCharge virale La charge virale plasmatique est le nombre de particules virales contenues dans un échantillon de sang ou autre contenant (salive, LCR, sperme..). Pour le VIH, la charge virale est utilisée comme marqueur afin de suivre la progression de la maladie et mesurer l’efficacité des traitements. Le niveau de charge virale, mais plus encore le taux de CD4, participent à la décision de traitement par les antirétroviraux.
Voir la définition
indétectable).