Construire une nouvelle prévention : la double protection

Les résultats des essais Proud et Ipergay montrent que la Prep a une efficacité théorique très similaire à celle du préservatif (proche de 90%). Son efficacité réelle dépend comme pour le préservatif de son utilisation au bon moment. Il est alors inentendable de dire ça marche mais utilisez quand même des préservatifs. Il faut aller plus loin et tenir un discours compréhensible et utile en utilisant la notion de double protection.

Pour vous protéger du VIH, vous aurez bientôt le choix entre la Prep et le préservatif également efficaces, chacun ayant des avantages et des contraintes propres qu’il appartient à chacun d’apprécier selon son comportement sexuel, ses pratiques et ses préférences… et ses moyens financiers (tant que la Prep ne sera pas bon marché).

Pour vous protéger des IST, le préservatif est efficace de façon variable selon les infections, leur localisation et leur facilité de transmission mais on peut dire de façon générale qu’il réduit les risques.

Surtout si vous avez des pratiques sexuelles avec plusieurs partenaires ou des partenaires de rencontre, vous devez penser distinctement VIH et IST et ajuster vos modes de protection (Préservatif seul, Prep seule, Prep + préservatif ) et utiliser les différents dépistages (VIH et les différentes IST) puisque toutes ces infections se traitent efficacement et ce faisant réduisent les probabilités de transmission.

La notion de double protection s’installe aussi pour la contraception des femmes séropositives trop longtemps négligée en raison de l’obligation implicite d’utiliser le préservatif. Les femmes séropositives ont ainsi été privées du choix de moyens contraceptifs efficaces. Les recommandations de prise en charge aujourd’hui sont la double protection. C’est ce chemin qui est à faire dans le nouveau contexte ouvert par la Prep.

ut ante. Donec efficitur. elit. quis justo nec Sed