Financements — Michel Kazatchkine démissionne de la direction du Fonds mondial

Le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme quittera ses fonctions le 16 Mars 2012. Cette décision a été prise alors que le Conseil d’administration du Fonds devait enteriner le 25 janvier la nomination d’un directeur général appelé à collaborer avec le directeur exécutif, une quasi-mise sous tutelle.

Michel Kazatchkine: «Pourquoi j’ai démissionné du Fonds mondial» sur Yagg.com (Ajout du 7/02/12).

Le Conseil d’administration avait décidé cette nomination fin 2011, suite aux critiques essuyées en novembre dernier concernant la gestion du Fonds. Michel Kazatchkine l’a confirmé à l’antenne de la radio RTL le 25 janvier au matin, «c’est une question de principe il ne peut y avoir deux directeurs ou un fauteuil pour deux» au Fonds Mondial.

Il a également affirmé que cette démission n’avait aucun lien avec la polémique lancée par l’article publié dans l’hebdomadaire français Marianne, accusant des proches de Carla Bruni d’avoir touché de l’argent du Fonds mondial «en marge de la légalité». Toujours sur RTL, Michel Kazatchkine a d’ailleurs opposé un «démenti formel» à ce qui est écrit cet l’article.

C’est Libération.fr qui a publié l’information concernant cette démission le 24 janvier (Michel Kazatchkine quitte le Fonds mondial contre le sida). Simon Bland, président du conseil d’administration du Fonds mondial avait alors démenti formellement l’information publiée sur le site «disant que Michel Kazatchkine aurait démissionné en raison d’une « mise en cause pour ses relations avec Carla Bruni-Sarkozy »», ajoutant «ce qui est écrit est faux et sans fondement». Libération a depuis édité son article.

Dans un post publié le 25 janvier sur son blog et intitulé «Pourquoi je démissionne», Michel Kazatchkine déclare : «Aucune institution n’est parfaite et le Fonds mondial ne fait pas exception. Je ressens cependant une immense fierté au regard de ce que le Fonds mondial a accompli au cours de ces dix années et je suis très reconnaissant au fait d’avoir pu apporter ma contribution à son évolution et à ses succès. En tant que médecin, je suis particulièrement fier du rôle que joue le Fonds lorsqu’il s’agit d’apaiser les souffrances et de sauver des vies. Par l’importance qu’il accorde aux droits de l’homme, le Fonds mondial concourt également, dans bien des pays, à protéger les populations vulnérables de la discrimination, de la persécution et des atteintes à leur dignité.»

Michel Kazatchkine avait été élu directeur Exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme en avril 2007.

Michel Kazatchkine et le Fonds mondial
dans Vih.org

> Michel Kazatchkine : «Maintenir la priorité à la santé dans le développement»
Lors de la conférence de Mexico en août 2008, Michel Kazatchkine avait répondu aux questions de Christophe Martet et Philippe Perin pour Transcriptases.

> Michel Kazatchkine : «La dose qu’il faut!»
Le jour de l’ouverture de la 18ème conférence mondiale sur le sida à Vienne, le Directeur exécutif du Fonds mondial ne cache pas que les prochains mois pourraient être difficiles, d’ici à la conférence de reconstitution du Fonds, programmée pour octobre 2010.

> Les trois temps forts de ma conférence
Michel Kazatchkine a publié une chronique à l’occasion de Vienne 2010 : «De cette 18eme conférence je retiendrais pourtant trois temps forts.»

> Michel Kazatchkine : «J’ai ressenti à Vienne un élan, une ferveur et une énergie que je n’avais pas vus depuis dix ans»
Michel Kazatchkine, à l’approche de la conférence de reconstitution, chiffrait la somme nécessaire pour les 3 ans à venir entre 13 et 20 milliards de dollars. Or, réunis le 5 octobre à New York, les donateurs avaient finalement pris un engagement financier à hauteur de 11,7 milliards de dollars en faveur du Fonds pour la période allant de 2011 à 2013.

> Michel Kazatchkine reconduit à la tête du Fonds mondial
Élu pour la première fois en février 2007, le Pr Michel Kazatchkine et malgré une crise financière sans précédent, avait réussi à maintenir à un niveau élevé les financements du Fonds.

> Le Fonds mondial proche de l’asphyxie, les associations inquiètes
A l’occasion de sa 25e réunion, le Conseil d’administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, dont les caisses sont presque vides malgré les promesses des pays donateurs faites à New York, a annoncé avoir adopté une nouvelle stratégie dans sa réponse à l’épidémie. Des changements qui s’accompagnaient d’un arrêt du financements des nouveaux projets en 2011 et de la mise en place d’un mécanisme transitoire.

A lire également

> Sida, tuberculose, paludisme : faisons preuve de solidarité
Respectivement ­ambassadrice et directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Carla Bruni-Sarkozy et Michel Kazatchkine appellent à une meilleure mobilisation contre ces trois fléaux. 

> Corruption : le Fonds mondial fait front
L’annonce de la Suède de suspendre son engagement financier au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a poussé l’organisme à réagir. « Le Fonds mondial a une tolérance zéro vis-à-vis de la corruption », a ainsi expliqué son directeur exécutif Michel Kazatchkine (24 janvier) lors d’une conférence de presse.

> Le sida a 30 ans – partie 1 – 30 ans de combat au service des droits des malades…

> «La montée en puissance de la lutte est fragilisée par la crise»
Le professeur Michel Kazatchkine est directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui est le principal bailleur de fonds de la planète. Aujourd’hui, l’homme ne cache ni ses craintes ni sa déception. Pour la première fois depuis sa création, en 2002, le fonds a décidé de ne plus financer de nouveaux programmes.

NDLR : Michel Kazatchkine est aussi le président du conseil d’administration de l’association éditrice de vih.org, Pistes. Il n’a pas participé à la rédaction de cet article.

efficitur. mattis libero nec mattis ut tristique et, dolor.