Publication — Transcriptases 142, spécial vaccination, vient de sortir

Collector ! Cette 142e édition de Transcriptases (PDF, 356Ko) couvre tant de questions de santé publique qu’elle mérite sans doute une lecture à part. Aux confins de la vaccination anti-VIH qui se cherche, de la vaccination anti-H1N1 qui cherche sa cible, et de la singularité française dont on cherche la légitimité en matière de principe de précaution, cette lecture du présent numéro se doit d’être transversale.

En préambule, le paradoxe du prix Nobel 2008, soulevé par Brigitte Autran, qui récompensait deux types de recherches. L’une qui n’a pas abouti, loin s’en faut, à un vaccin opérationnel (contre le VIHVIH Virus de l’immunodéficience humaine. En anglais : HIV (Human Immunodeficiency Virus). Isolé en 1983 à l’institut pasteur de paris; découverte récemment (2008) récompensée par le prix Nobel de médecine décerné à Luc montagnier et à Françoise Barré-Sinoussi.
Voir la définition
), l’autre sur le papillomavirus, qui a déjà bouclé son cycle de recherche jusqu’au vaccin finalisé en bonne et due forme commerciale.

Autre question à prétention transversale, celle du corrélat de protection immunitaire en matière de recherche vaccinale après l’échec de STEP et les espoirs soulevés par l’essai thaïlandais RV144. En effet, que dire de cet essai avec ses 26,4% de protection en intention de traiter (ITT) là où, doit-on le rappeler, TASPTasp «Treatement as Prevention», le traitement comme prévention. La base du Tasp a été établie en 2000 avec la publication de l’étude Quinn dans le New England Journal of Medicine, portant sur une cohorte de couples hétérosexuels sérodifférents en Ouganda, qui conclut que «la charge virale est le prédicteur majeur du risque de transmission hétérosexuel du VIH1 et que la transmission est rare chez les personnes chez lesquelles le niveau de charge virale est inférieur à 1 500 copies/mL». Cette observation a été, avec d’autres, traduite en conseil préventif par la Commission suisse du sida, le fameux «Swiss statement». En France en 2010, 86 % des personnes prises en charge ont une CV indétectable, et 94 % une CV de moins de 500 copies. Ce ne sont pas tant les personnes séropositives dépistées et traitées qui transmettent le VIH mais eux et celles qui ignorent leur statut ( entre 30 000 et 50 000 en France).
Voir la définition
(treatment as prevention) procure 92 % de protection statistiquement parlant, le préservatif 80 % dans une méta-analyse Cochrane de 2001 et la circoncision, dans 3 essais menés en Afrique, 60%?

Lecture transversale encore pour l’enquête Nicolle 2006 sur l’image vaccinale et la position des Français sur la vaccination obligatoire, dont on soulignera l’étrange actualité dans le climat H1N1 comme dans la discussion sur la couverture vaccinale des patients VIH développée par Guillaume Le Loup.

> Ce numéro, comme tous les anciens, est téléchargeable sur notre site en PDF. Les articles seront disponibles sur Vih.org dans les semaines qui viennent.

> Les abonnées recevront leur version papier du magasine dans les jours qui viennent. Abonnez-vous pour profiter d’une édition papier de qualité et pour soutenir Vih.org.