Pédiatrie — Burkina Faso : trithérapie 
avec non nucléosidique chez l’enfant

La communication de Philippe Msellati présentait plusieurs éléments de rareté : il s’agit d’une communication orale française, d’un essai thérapeutique pédiatrique et d’un essai ANRS mené au Burkina Faso.

Cet article est paru dans le Transciptases n°138

L’étude ANRS 12103 a, en effet, étudié l’association de deux dérivés nucléosidiques et d’un non nucléosidique (ddI + 3TC + EFV) chez des enfants âgés de 30 mois à 15 ans, et naïfs de tout traitement antirétroviral. Au total, 52 enfants ont été inclus dans cette étude de phase 2 ouverte dont les objectifs primaires portaient essentiellement sur la pharmacocinétique et la tolérance.

En termes de dosage pharmacologique, 60 % des concentrations minimum et 47 % des concentrations maximum d’efavirenz étaient dans les écarts de dosage attendus, et 78 % des charges virales de ces enfants s’avéraient indétectables sous cette combinaison antirétrovirale. Le gain en termes de CD4 à 12 mois de traitement était de plus 450 CD4 en moyenne. Des résultats suffisamment encourageants pour une association d’antirétroviraux devenue plus atypique chez l’adulte.

Msellati Philippe, Nacro Boubacar, Zoure E, Hien H, Tamboura H, Rouet F, Diagbouga S, Ouiminga A, Drabo A, Yaméogo S, Peyrière H, Mathieu O, Nicolas J, Van de Perre P. Once-a-day pediatric HAART with DDI+3TC+EFV in Burkina Faso – a phase II Trial (ANRS 12103 trial)

[Erratum : Cet article est paru dans le Transciptases n°138, pp. 42, avec plusieurs erreurs. Nous prions les auteurs de l’étude de bien vouloir nous en excuser. L’article publié ci-dessus a été corrigé: L’étude à été menée au Burkina Faso et non en Côte d’ivoire; La référence bibliographique est désormais la bonne.]

commodo sed efficitur. id elit. dictum consequat. Aenean velit,