PROFIL

Valérie Pourcher-Martinez
Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
Ses publications (10)
20.02.17

Les différentes épidémies d’infection par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les hommes infectés par le VIH , HSH et associées à la consommation de drogues récréatives sont source de préoccupation.

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
15.02.17

Les bithérapies en switch ont été étudiées ces dernières années pour minimiser l'exposition cumulative aux médicaments et les effets secondaires à long terme. Le dolutégravir (DTG) avec sa puissance, sa tolérance et sa barrière de résistance et la rilpivirine (RPV) avec sa tolérance et son efficacité en font des partenaires potentiels pour ces stratégies de bithérapie.

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
15.02.17

En raison de leur puissance et de leur tolérance, les inhibiteurs d'intégrase (INI) sont largement recommandés dans le traitement initial du VIH -1. Le bictégravir (BIC, GS-9883) est un nouvel INI, non boosté, une fois par jour, qui a démontré une activité puissante dans une étude de 10 jours en monothérapie avec une activité in vitro contre la plupart des virus résistants aux INI. 

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
24.02.16

Alors que les taux d'AVC sont plus élevés dans chez les patients infectés par le VIH par rapport aux personnes non infectées appariés selon l'âge, de nombreuses questions persistent quant à la nature de la maladie cérébrovasculaire du patient VIH. Les auteurs se sont basés sur les essais randomisés ACTG (n=7, cohorte ALLRT) pour évaluer l'incidence des AVC et des facteurs de risque associés chez les individus VIH.

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
24.02.16

Le VIH augmente la perte osseuse, et près de 2/3 des patients VIH sont ostéopéniques et 15% ostéoporotiques, responsable d’une prévalence de fracture 2-9 fois supérieure dans la population VIH âgée. Les ARV aggravent cette perte avec une perte supplémentaire de 2-6% de la densité minérale osseuse (DMO), surtout dans les 48 premières semaines. Ces éléments sont intéressants pour l’utilisation en prophylaxie d’inhibiteurs de la résorption osseuse à longue durée d'action tels que l'acide zolédronique (AZ).

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière

Commentaires sur vih.org

Commentaires (0)