31.07.17

Comme beaucoup de grandes découvertes, la protéine PD-1 (Programmed-death 1) a été découverte par hasard par des équipes japonaises en 1992 et ses fonctionnalités ont été décrites dans la décennie qui a suivi: il s’agit d’un régulateur «négatif» de la réponse immune, qui permet de freiner de façon efficace la réponse immune lorsqu’elle fonctionne à grande vitesse… Cela explique que le blocage de PD-1 dans un cadre thérapeutique est à risque d’induire des maladies auto-immunes. 

Par Cédric Avrieux, COREVIH Bretagne
31.07.17

Les facteurs de restrictions sont des protéines antivirales naturelles limitant la multiplication virale. Elles inhibent directement ou indirectement certaines étapes de la multiplication virale, elles sont parfois constitutionnellement produites ou inductibles par l’Interféron, certaines sont assez spécifiques de virus particuliers et d’autres ont un large spectre, elles sont invariantes au sein d’un même individu, et elles évoluent rapidement (fortes différences inter-espèces). 

Par Cédric Avrieux, COREVIH Bretagne
26.07.17

Depuis 2011, l'OMS recommande  la recherche de quatre symptômes (toux active, perte de poids, sueurs nocturnes et fièvre) pour exclure une tuberculose active (TB) avant le début d’un traitement préventif de la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Cette étude est une revue systématique de la littérature pour évaluer la performance du dépistage d’une TB maladie chez les patients traités par antirétroviraux.

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière
26.07.17

Il n’y a pas que les associations de lutte contre le sida qui résistent… Il y a aussi le VIH ! La question des mutations de résistance du VIH en filigrane de tous les débats sur les stratégies de traitement ARV dans cet IAS de Paris, 9e de l’histoire. Que ce soit en induction, en seconde ligne, en allègement, au Nord comme au Sud, en thérapeutique comme en préventif ( PrEP ). Avec le questionnement de la transmission croissante de souches résistantes dont la prévalence se compte désormais à deux chiffres dans nombre de pays. 

Par Gilles Pialoux, vih.org
25.07.17

Les études de monothérapie par dolutégravir ont montré des rebonds de la charge virale pouvant conduire à l’apparition de résistances. L’existence d’une mutation M184I/V pourrait prévenir l’apparition de celles-ci. 

25.07.17

Il y a 1 an, les résultats d’efficacité virologique (96 % à S48) d’allègement thérapeutique par 4 jours consécutifs de traitement par semaine étaient présentés (étude ANRS162-4D). Un poster détaille ce jour l’impact de cet allègement sur les marqueurs de réservoir viral et de l’inflammation dans cette même étude.

Par Guillaume Gras, CHU Tours
25.07.17

L’efficacité de l’association par voie orale, cabotégravir et rilpivirine (CAB + RPV) a été démontrée à S144 dans l’étude LATTE-1. Les données de LATTE-2 à S48 ont permis de mettre en place l’évaluation du schéma CAB long acting (LA) + RPV LA en intramusculaire toutes les 4 ou 8 semaines dans les études de phase III.

Par Valérie Pourcher-Martinez, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pitié-Salpêtrière

A LIRE SUR LE WEB