Jusqu’à présent, les personnes inscrites dans un parcours de prévention Prep se voyait prescrire du Truvada®, une combinaison tenofovir et emtricitabine. Depuis juillet 2017, les génériques de la combinaison sont disponibles et les personnes sous Prep peuvent en bénéficier.

Jusqu'ici, pas de problème, si ce n’est que certains patients se sont vu délivrer le génériques du tenofovir seul (générique du Viread®, donc), à la place du générique de la combinaison. L’efficacité préventive de la prise de cette seule molécule n’a pas été démontrée pour l’instant, et son utilisation dans le cadre de la Prep  pourrait potentiellement exposer un utilisateur, même observant. Dans d’autres cas isolés, ce sont même des molécules différentes qui ont été délivrées au patient, comme le darunavir et l’abacavir (pour laquelle une réaction d’hypersensibilité potentielle est connue). Ces substitutions ne semblent s’être produite que pour des combinaisons prescrites dans le cadre de la Prep, et non pas chez des personnes vivant avec le VIH .

Ces erreurs semblent, heureusement, exceptionnelles, moins d’une dizaine, et leur signalement témoignent de la bonne information des personnes incluses dans la Prep, qui ont su trouver de l’information auprès de leurs pairs, comme sur le groupe Facebook Prep’dial. Rappelons que plusieurs milliers de personnes sont incluses dans un parcours Prep en France.

Alerte du ministère de la Santé et des associations

La Direction générale de la Santé, via le centre opérationnel de réception et de régulation des urgences sanitaires et sociales (CORRUSS), a émis une alerte diffusée entre autre auprès des CeGIDD et des COREVIH, rappelant que le tenofovir seul n’était prescrit que dans le cadre d’un traitement antirétroviral et non pas dans le cadre de la Prep. Le Conseil national de l’ordre des pharmaciens a également communiqué sur son site internet et appelle «à la vigilance des pharmaciens sur le respect des prescriptions lors de la substitution par un générique du Truvada®».

L’association Actions Traitements s’est inquiétée de la situation dans un communiqué publié le 23 février. Aides, de son côté, se dit vigilante et se félicitent que chacune des erreurs aient été corrigés très rapidement après avoir été constatées, et attends plus de données avant de communiquer plus avant.