La Terrence Higgins Trust (association britannique de lutte contre le VIH ) a présenté l’évaluation d’un portail internet proposant un dépistage par autotest via notamment les applications de rencontres. Le kit proposé était Biosure® HIV self-test. Des rappels (J0-J7) étaient adressés au décours afin de recueillir les résultats.

L’évaluation a été menée du 24/6/16 au 5/8/16. Sur les 4 975 kits commandés, 3 021 (62 %) ont transmis leur résultat et 28 (0,92 %) étaient positifs. Dans près de 2/3 des cas, les tests étaient proposés via les applications Grindr® et Facebook® (figure 1). Près de 20 % des personnes n’avaient jamais fait de sérologie VIH et pour 37 % la dernière sérologie datait de plus d’un an. 14 % indiquaient avoir des rapports sexuels “la plupart du temps” ou “tout le temps” sous influence d’alcool ou de drogues et 28 % avaient eu un rapport anal sans préservatif dans les 3 derniers mois avec ≥ à 2 partenaires.

Figure 1

Sur les 28 personnes dépistées positives, 3 connaissaient déjà leur statut et 1 s’est avéré être un faux positif. Toutes les personnes nouvellement diagnostiquées contactées (22) étaient entrées dans les soins et avaient réalisé la sérologie de confirmation.
 
Les auteurs concluent à la faisabilité et l’acceptabilité de campagnes à large échelle d’autotests auprès de populations cibles via notamment des applications de rencontres. Ils soulignent également la proportion de personnes non dépistées régulièrement et le haut niveau d’entrée dans les soins après un dépistage positif.

Gilles Pialoux et l'équipe du e-journal, Jean-Philippe Madiou, Guillaume Gras et Valérie Martinez, couvrent à Paris la 9e conférence de l'IAS, du 23 au 26 juillet 2017.