Le design de l’essai comprenait une première phase de préparation pendant 6 semaines avec 5 doses par semaine suivie de la phase de randomisation. L’analyse sur le diagnostic de ces infections porte sur 12 séroconversions comprenant 6 personnes non randomisées en raison de 5 infections dépistées avant la randomisation, une grossesse suivie d’une infection, 4 personnes sans la dernière dose de Prep et 6 personnes randomisées selon le schéma de l’étude.

A l’inclusion et à chaque visite, il était réalisé deux tests rapides et des dosages pharmacologiques. Dans 10 cas sur 12, les tests rapides étaient non réactifs à la première visite. Dans 4 cas sur 12, un ou les deux tests rapides n’étaient toujours pas réactifs lors de la séroconversion . L’ARN viral était en revanche détecté chez les 12 cas à la première visite avec une charge virale à moins de 400 cp/ml pour 4 cas sur 12.

Dans cette présentation, il est rapporté le cas d’un patient avec les tests rapides non réactifs à toutes les visites. L’analyse rétrospective montre que le patient était en primoinfection au moment de la randomisation mais en l’absence de détection de l’infection par les tests rapides utilisés, le patient a utilisé la Prep pendant 3-4 mois. Les charges virales étaient faibles, à moins de 400 cp/ml et les tests sérologiques de 4ème génération présentaient une positivité juste au-dessus du seuil, en rapport avec l’inhibition partielle de la réplication virale par le traitement.

En termes de résistance, on note 3 cas avec des mutations sélectionnées (K65R, M184I, K65R/M184I) dont 2 cas non randomisés, diagnostiqués en primoinfection à l’inclusion.

Ces 12 infections sont rapportées dans un contexte de Prep intermittente avec des doses insuffisantes ou de faible adhérence dans un schéma de Prep continue.

L’analyse virologique rétrospective de ces infections illustre le diagnostic tardif et difficile de ces infections dans un contexte de Prep avec la nécessité de recourir à des tests sensibles de détection de l’ARN viral pour éviter la sélection de mutations de résistance.

Bibliographie

D’après Sivay MV et al. abstract 955.

Le e-journal de Edimark, en direct de Seattle, pour la CROI 2017, avec Gilles Pialoux, rédacteur en chef de Vih .org.