Les résultats intermédiaires avaient été présentés à l'EACS. Ce sont les résultats à S48 qui ont été présentés à l'AFRAVIH (tableau). Il s’agit de patients âgés en moyenne de 59 ans, 74 % d’hommes, lourdement prétraités - 215 mois de durée de traitement antirétroviral (IP/r 81 %, TDF 48 % et RAL 26 %), médiane des CD4 à 601 cellules/mm3 (62 % avec un nadir < 200 cellules/mm3) et 41 % sous hypolipémiants. Au 18 Avril 2016, les données de suivi sont disponibles pour 48  (n=17), 60 (n=4)  ou 72 (n=3) : aucun échec virologique, 2 arrêts de bithérapie pour événement indésirable (fatigue, inconfort intestinal, prise de poids) et 1 par décision du patient et du clinicien (blip à S12 (CV à 52 copies/ml et intensification à S18). Pas de perdus de vue, aucun événement indésirable biologique sévère. 

Évolution de la CV ARN-VIH

L'évolution des CD4 est également favorable avec un gain moyen de + 53 cellules/mm3 entre J0 et S24 et de + 75 cellules/mm3 entre J0 et S48. Pas de signal sur l'évolution du DFGe ou du bilan lipidique. En conclusion, ces données exploratoires, chez 27 patients avec un lourd passé thérapeutique, suggèrent que l’association simple de dolutégravir et de lamivudine peut être une option de maintenance efficace et bien tolérée (satisfaction exprimée sur la facilité de prise). Des études plus larges et comparatives sont en cours pour évaluer cette stratégie

(Reynes J et al. Abstract S6.02)

La lettre de l'Infectiologue et Vih.org s'associent pour couvrir l’AFRAVIH 2016.