Cette étude est une étude de cohorte, observationnelle, prospective des patients naïfs d’ARV, sans antécédent d'accident vasculaire cérébral et ayant débuté un premier traitement ARV entre Juin 1998 à Juin 2011. Le critère principal de jugement était la survenue d’un premier AVC ou d’un accident ischémique transitoire (AIT) documenté au cours du suivi. Un modèle de régression de Poisson a été utilisé, ajusté sur l’âge, pour identifier les facteurs de risque traditionnels et spécifiques du VIH pour les AVC/AIT.

Sur 6 933 participants inclus dans l'analyse, 20% étaient des femmes, 37% Noirs non hispaniques et 21% étaient d'origine hispanique. Avant l’introduction des ARV, la médiane de l’âge était de 37 ans, de CD4 à 243/mm3 et de CV plasmatiques à 57 624 copies/mL. Le taux d'incidence d'AVC/AIT selon le sexe et l’âge est représenté dans la figure.

Taux d'AVC ou AIT selon le sexe et l'âge

Cette incidence est majorée chez les Noirs non hispaniques (0,25 pour 100 personnes-années) par rapport à 0,08 pour 100 PA chez les hispaniques (ajusté selon l'âge, RR 2,94, IC à 95% 1,22 à 7,14) et de 0,16 pour 100 PA pour les caucasiens (RR 1,67, IC à 95% 0,95 à 2,94). Dans un modèle multivarié, les facteurs de risque traditionnels d’AVC/AIT étaient l’âge avancé, un taux de LDL ≥ 160 mg/dL et une hypertension. La durée avec un taux de CD4 ≤ 200/mm3 et une CV VIH> 200 copies/ml sont associés à un risque accru d'AVC/AIT. Par contre, aucune association statistiquement significative avec la consommation de drogues injectables, l'infection VHC ou l'utilisation récente d'une catégorie d'ART n’a été mise en évidence.

L’incidence d'AVC/AIT, ajustée sur l'âge, est plus élevé chez les femmes et les afro-américains non hispaniques. En plus d'une association avec plusieurs facteurs de risque traditionnels modifiables, la survenue d’AVC/AIT est également associée au taux de lymphocytes CD4 et au contrôle virologique.

— D'après Chow F et al., abstr. 43. 

— En collaboration avec le E-journal Edimark/la lettre de l’infectiologue) avec à la rédaction : jean-Philippe Madiou, Valérie Pourcher-Martinez, Laurence Morand-Joubert et Rodolphe Garaffo.