Cette étude a permis de développer un algorithme « state-of-the-art » de dépistage et de validation pour les nouveaux cas d'infarctus du myocarde (IDM) dans un réseau américain qui harmonise les données cliniques complètes des PVVIH suivis en routine dans plusieurs sites américains. Parmi les patients inclus entre 1996 à 2014, les auteurs ont comparé la performance des 3 scores de risque CVD développés en population générale :

  • Framingham

  • ATP-3

  • 2013 ACC / AHA ASCVD

  • et le score D: A: D, spécifique du VIH et incluant des données sur les ARV en étudiant l’aire sous la courbe (AUC).

La définition universelle des IDM est : type 1 (T1IDM) résultant de la rupture d’une plaque d’athérosclérose, type 2 MI (T2IDM) secondaire à un vasospasme ou autre cause (sepsis). Les auteurs ont comparés les aires sous la courbe pour les 2 types d’IDM et de manière poolée.  

Il y a eu 243 nouveaux cas d’IDM pour 11 338 patients avec un suivi moyen de 4,3 ans. Le score ASCVD a une meilleure AUC que les autres scores pour tous les IDM poolés et pour T2IDM (tableau) et n’est pas inférieur aux autres scores pour T1IDM. Les résultats étaient similaires dans le sous-ensemble des PVVIH dont le statut de fumeur avait été mis à jour tous les 4 à 6 mois.

Comparaison des scores d'évaluation du risque cardiovasculaire

L'ajout de variables spécifiques au VIH dans le score DAD n'a pas amélioré la discrimination par rapport au score ASCVD, mais l'inclusion de différentes mesures spécifiques du VIH peut conduire à l'amélioration de la discrimination des différents tests et est prévu dans les analyses futures.

— Abstract 42, H. Crane, Seattle, USA.

— En collaboration avec le E-journal (Edimark/la lettre de l’infectiologue) avec à la rédaction : jean-Philippe Madiou, Valérie Pourcher-Martinez, Laurence Morand-Joubert et Rodolphe Garaffo.