(Rueil Malmaison, le 1er Février 2015) - Bristol-Myers Squibb a annoncé que la Commission Européenne a approuvé Daklinza® pour le traitement de l’hépatite C chronique (VHC) pour trois nouvelles populations de patients, permettant l’utilisation de Daklinza® en association avec le sofosbuvir (avec ou sans ribavirine, en fonction de l’indication et du génotype du VHC) chez les patients atteints de VHC présentant une cirrhose décompensée, une co-infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), ou une récidive de VHC sur le foie greffé, au sein des 28 Etats membres de l’Union Européenne.

«Ceci constitue un progrès important pour un groupe significatif de patients atteints d’Hépatite C chronique, pour qui il est toujours nécessaire de trouver des alternatives de traitement capables de tendre vers des taux élevés de guérison», indique Douglas Manion, M.D., head of Specialty Development, Bristol-Myers Squibb. «La complexité clinique des patients co-infectés par le VIH/VHC et des patients présentant une cirrhose, une cirrhose décompensée ou une récidive du VHC sur le foie greffé, pour les médecins traitants, rend compte de la grande diversité de cette maladie. Nous avons travaillé pour continuer à identifier et répondre aux besoins des patients qui sont en attente de solutions de soins supplémentaires.»

Daklinza® est déjà approuvé par la Commission Européenne pour une utilisation en association avec d’autres médicaments dans le traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les adultes pour les génotypes 1, 3 et 4. Les données sur les nouvelles populations de patients se basent sur l’essai clinique ALLY-1 (mené chez les patients ayant bénéficié d’une greffe et chez les patients présentant une cirrhose à un stade avancé) et l’essai clinique ALLY-2 (mené chez les patients co-infectés par le VIH).

Etude ALLY-2

Dans l’essai clinique de phase III en ouvert, ALLY-2, 153 patients infectés par le VHC chronique et co-infectés par le VIH (101 patients naïfs de traitement et 52 patients déjà exposés au traitement) ont reçu Daklinza® 60 mg plus sofosbuvir 400 mg une fois par jour pendant 12 semaines, et 50 patients naïfs de traitement ont reçu Daklinza® 60 mg plus sofosbuvir 400 mg une fois par jour pendant 8 semaines. Les patients présentant les génotypes 1 à 6 étaient éligibles à l’inclusion, y compris ceux qui présentaient une cirrhose compensée (score Child-Pugh A), et la dose de Daklinza® était ajustée pour tenir compte de l’utilisation concomitante d’antirétroviraux. Le critère d’évaluation principal a été défini comme l’ARN du VHC en dessous de la limite inférieure de quantification (LIQ) à la 12ème semaine post-traitement (RVS12) dans chaque groupe de traitement. Parmi les 153 patients qui ont reçu 12 semaines de traitement, la moyenne d’âge était de 53 ans (24-71 ans); 63% des patients étaient caucasiens et 33% étaient afro- américains. Soixante-huit pour cent des patients étaient infectés par un VHC de génotype 1a, 15% par un VHC de génotype 1b, 8% par un VHC de génotype 2, 7% par un VHC de génotype 3, et 2% par un VHC de génotype 4. Seize pour cent de tous les patients présentaient une cirrhose compensée.

Dans les bras à 12 semaines de traitement, le schéma thérapeutique de Daklinza® plus sofosbuvir a démontré globalement une RVS12 chez 97% des patients, dont 100% des patients infectés par un VHC de génotype 3. Les taux de RVS12 étaient supérieurs à 94% quel que soit le traitement antirétroviral associé (combination antiretroviral therapy, cART ), y compris les traitements à base d’inhibiteurs de protéase boostés, à base d’inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (Non-Nucleoside Reverse Transcriptase Inhibitor, NNRTI), et à base d’inhibiteurs d’intégrase.

Au cours de l’essai, il n’y a eu aucun événement indésirable grave (EIG) lié au traitement, et aucune interruption due aux événements indésirables (EI). Les EI liés au traitement les plus communs (≥10%) étaient la fatigue (17%), les nausées (13%) et les céphalées (11%).

Etude ALLY-1

Dans l’essai clinique de phase III en ouvert ALLY-1, 113 patients infectés par le VHC chronique et atteints d’une cirrhose de score Child-Pugh A, B ou C (n=60) ou présentant une récidive de VHC après une greffe de foie (n=53) ont reçu Daklinza® 60 mg plus sofosbuvir 400 mg une fois par jour avec de la ribavirine (dose initiale de 600 mg) pendant 12 semaines. Les patients infectés par un VHC de génotype 1 à 6 étaient éligibles à l’inclusion. Le critère d’évaluation primaire a été défini comme l’ARN du VHC en dessous de la limite inférieure de quantification (LIQ) à la 12ème semaine post-traitement (RVS12) dans chaque groupe de traitement. Parmi les 53 patients qui avaient reçu une greffe de foie : la moyenne d’âge était de 59 ans; 96% des patients étaient caucasiens, 2% étaient afro-américains, et 2% étaient définis comme d’autres catégories ethniques; 58% des patients étaient infectés par un VHC de génotype 1a, 19% par un VHC de génotype 1b, 21% par un VHC de génotype 3, et 2% par un VHC de génotype 6. Parmi les 60 patients cirrhotiques : la moyenne d’âge était de 58 ans; 95% des patients étaient caucasiens, et 5% étaient afro-américains; 20% des patients avaient une cirrhose de score Child-Pugh A, 53% une cirrhose de score Child-Pugh B, et 27% une cirrhose de score Child-Pugh C; et 57% des patients étaient infectés par un VHC de génotype 1a, 18% par un VHC de génotype 1b, 8% par un VHC de génotype 2, 10% par un VHC de génotype 3, et 7% par un VHC de génotype 4. Dans la même cohorte, le score médian du MELD (Model for End-Stage Liver Disease) à l’inclusion dans l’étude était de 13. La plupart (55%) des 53 patients dans la cohorte post-transplantée présentaient un score de fibrose F3 ou F4 (sur la base des résultats du test FibroSURE®). L’essai permettait l’utilisation d’une large gamme d’immunosuppresseurs dans la cohorte post-transplantée.

Dans l’essai, 94% des patients qui avaient reçu une greffe de foie et 83% de la cohorte des patients avec une cirrhose ont atteint la RVS12, y compris 92 à 94% des patients présentant une cirrhose de score Child-Pugh A ou B. Dans cette cohorte de patients cirrhotiques, 4 sujets atteints d’un carcinome hépatocellulaire ont reçu une greffe de foie après 1 à 71 jours de traitement; 3 des 4 sujets ont reçu 12 semaines d’extension de traitement après la greffe de foie et 1 sujet, traité pendant 23 jours avant la greffe, n’a pas reçu d’extension de traitement. Les 4 sujets ont tous atteint la RVS12.

Au cours de l’essai, il n’y a eu aucun EIG lié au traitement, et 15 patients ont interrompu leur traitement en raison d’EI; 14 ont interrompu seulement la ribavirine, et 1 a interrompu le schéma dans son intégralité. Les EI liés au traitement les plus communs (≥ 10%) dans l’une ou l’autre des cohortes de l’essai ALLLY-1 étaient les maux de tête (15%, 36%), la fatigue (18%, 28%), l’anémie (20%, 19%), la diarrhée (8%, 19%), les nausées (17%, 6%) et l’arthralgie (2%, 13%), respectivement dans les groupes de traitement des patients atteints d’une cirrhose à un stade avancé et des patients qui avaient reçu une greffe. Le Résumé des Caractéristiques du Produit mis à jour est disponible sur le site Internet : www.ema.europa.eu.