(Rueil-Malmaison, le 16 septembre 2015 ) – Bristol-Myers Squibb annonce que la Commission Européenne a approuvé lamise à jour de l’Autorisation de Mise sur le Marché ( AMM ) de Daklinza® (daclatasvir) pour le traitement de l’hépatite C chronique de génotype3 (VHC). Cette mise à jour permet l’utilisation de Daklinza®en association avec sofosbuvir pendant 12 semaines chez les patients sans cirrhosedans les 28 états membres de l’Union Européenne; c’est la première fois que les patients atteints de VHC de génotype 3 bénéficient d’un traitement entièrement par voie orale, administré une fois par jour, pendant une période plus courte que celle jusqu'à présent approuvée.

Daklinza® est contre-indiqué en association avec des médicaments qui stimulent fortement l’activité du CYP3A et transporteurs glycoprotéine P,pouvant ainsi conduire à une exposition plus faible et une perte d’efficacité de Daklinza®. Daklinza® ne doit pas être administré en tant que monothérapie. Le Résumé des Caractéristiques du Produit mis à jour est disponible sur le site internet: http://ec.europa.eu.

En août 2014, l'enregistrement de Daklinza® a été approuvé par la Commission Européenne pour son utilisation en association avec d’autres médicaments dans le traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les adultes. L’indication thérapeutique initiale comprenait le traitement des patients atteints du génotype 3 (ayant une cirrhose compensée ou sans cirrhose mais déjà exposés à un traitement) avec Daklinza®, sofosbuvir et ribavirine, pendant 24semaines. La mise à jour de l'AMM introduit l'ajout de la ribavirine en fonction de l'évaluation clinique propre à chaque patient avec un traitement par Daklinza®, sofosbuvir +/- ribavirine, pendant 24 semaines en cas de cirrhose d'une part, et supprime la nécessité d’ajouter la ribavirine, tout en réduisant la durée du traitement à 12 semaines pour les patients sans cirrhose d'autre part, ce dernier schéma étant basé sur les données de l’essai clinique ALLY-3.

Le génotype 3 touche environ 54,3 millions de personnes (30% de tous les patients atteints du VHC) dans le monde entier. La nature plus agressive du génotype 3 réside dans des lésions qu’il provoque au foie, car il est lié à une évolution accélérée de la fibrose. La recherche récente a également montré que le risque de cirrhose chez les patients atteints du génotype 3 est 31% plus élevé que chez ceux atteints du génotype 1.

Etude ALLY-3

L’approbation de la Commission Européenne repose sur les données de l’essai clinique ALLY-3, Phase III, en ouvert, publiées dans le journal Hepatology en avril 2015. Au cours de l’essai, 152patientsinfectés par le VHC chronique de génotype 3, compensés (101 patients naïfs au traitement et 51 patients déjà exposés au traitement) ont reçu Daklinza® 60mg plus sofosbuvir 400 mg une fois par jour pendant 12 semaines et ont été suivis pendant 24 semaines après le traitement. Les critères d’évaluation co-primaires ont été définis: ARN du VHC en dessous de la limite inférieure de quantification (LIQ) à la 12ème semaine de post-traitement (RVS12) dans chaque groupe de traitement. La plupart des patients a déjà été exposée au traitement, avec un traitement préalable comportant peginterféron/ribavirine, qui a échoué, mais sept patients ont été traités antérieurement par sofosbuvir et deux patients avec un inhibiteur de cyclophiline. L’exposition antérieure à des inhibiteurs NS5A a été interdite.

Au cours de l’essai, le schéma thérapeutique Daklinza®plus sofosbuvir a permis un taux global de RVS12 chez 90% des patients atteints de VHC chronique de génotype 3 naïfs au traitement et chez 86% des patients déjà exposés à son traitement. Les taux de RVS12 étaient supérieurs (96%) chez les patients de génotype 3 sans cirrhose, indépendamment de leurs antécédents thérapeutiques. Chez les patients avec une cirrhose,les plus difficiles à traiter, les taux de RVS12 étaient réduits (63%).

Au cours de l’essai, il n’y a eu aucun effet indésirable grave (EIG) lié au traitement ni arrêt lié aux effets indésirables (EI). Les EI liés au traitement les plus communs étaient les maux de tête (20%), la fatigue (19%), la nausée (12%) et la diarrhée (9%).

À propos de Bristol-Myers Squibb dans le VHC

Les efforts de recherche de Bristol-Myers Squibb sont axés sur des médicaments permettant de répondre à des besoins médicaux non couverst pour les patients atteints de VHC. Au centre de notre portefeuille figure daclatasvir, un inhibiteur du complexe de NS5A,qui continue à être étudié dans plusieurs schémas thérapeutiques et chez les patients présentant des comorbidités, tels que les patients pré et post-transplantation et les patients co-infectés par le VIH /VHC, dans le cadre du programme de phase III ALLY en cours.

En juillet 2014, le Japon est devenu le premier pays au monde à approuver l’utilisation d’un schéma thérapeutique à base de daclatasvirpour le traitement de VHC chronique. Depuis, divers schémas posologiques avec daclatasvir ont été approuvés dans plus de 50 pays, notamment aux États-Unis, à travers l’Europe, ainsi que dans de nombreux autres pays d’Amérique Centrale, du Nord et du Sud, du Moyen-Orient et de la Région Asie-Pacifique.