Les ressources financières apportées par le Fonds mondial proviennent d’une multitude de donateurs, aujourd’hui représentés à la cérémonie de signature par  la France, les États-Unis, le Canada, l’Allemagne et l’Union Européenne. . Cet accord concrétise un partenariat avec le ministère camerounais de la Santé publique.

La subvention liée au paludisme est la première à être signée selon le nouveau modèle de financement déployé en 2014. À ces fins, de nombreuses consultations ont été entreprises avec des groupes issus de la société civile, des spécialistes de santé, des partenaires, les autorités publiques et des personnes touchées par la maladie.

Au cours de la cérémonie de signature, Emmanuel Nganou Djoumessi, Ministre de l’Economie de la Planification et du Développement Régional a souligné les efforts faits par son gouvernement aux cotés des partenaires internationaux  dans la lutte contre le sida , la tuberculose et le paludisme. « Nous remercions le Fonds mondial pour son appui constant qui vient en complémentarité des efforts du Gouvernement ». Et d’ajouter « sur cet aspect, je voudrais vous assurer que le Gouvernement a inscrit une ligne budgétaire spécifique et un compte dédié a été ouvert pour mieux tracer la contrepartie nationale».

« Permettez-moi de saisir l’occasion de cette cérémonie pour saluer les efforts de l’ensemble des partenaires engagés dans la lutte contre le paludisme, au premier rang desquels le ministère de la sante et ses directions, le Programme National de Lutte contre le paludisme et toutes les associations à base communautaire, garantes d’une utilisation efficace des moustiquaires.  J’aimerai aussi rappeler l’engagement des partenaires bilatéraux dont la France, aux côtés du Cameroun, pour combattre le paludisme, une des premières cause de mortalité en Afrique et dans le monde” a déclaré Christine Ribochon, Ambassadrice de France au Cameroun.

En 2013, le paludisme a causé près de la moitié des décès chez les enfants de moins de cinq ans. Dans ce contexte, la subvention vise également à établir un système intégré de gestion des maladies infantiles et introduit des thérapies préventives pour intervenir de façon complémentaire.

« Grâce à cette subvention du Fonds mondial, le Cameroun atteindra pour la première fois la couverture universelle en moustiquaires. La prochaine campagne pour la couverture universelle prévue en juin 2015 sera conjointement financée à hauteur de 77 % et 23 % par le Fonds mondial et le Gouvernement du Cameroun respectivement. Ce qui démontre encore une fois l’engagement du Cameroun à mobiliser ses propres ressources nationales pour lutter contre le paludisme » a souligné  André Mama Fouda ministre de la santé publique.

De son côté Cynthia Mwase, chef du département  Afrique et Moyen Orient au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a dit : «  la signature de cet accord concrétise l’engagement et la volonté du Fonds mondial d’accompagner le Gouvernement du Cameroun dans la lutte contre les trois maladies. En termes d’impact, nous espérons que les trois prochaines années seront un tournant permettant d’inverser la tendance de ces maladies. »

Entre 2008 et 2013, les maladies liées au paludisme ont reculé chez les femmes enceintes, les enfants de moins de cinq ans et dans la population générale. Cette baisse résulte principalement des initiatives de lutte contre le paludisme entreprises dans le pays et entièrement ou partiellement financées par les partenariats avec le Fonds mondial.

L’implication constructive et continue des partenaires dans la lutte contre le paludisme a toujours occupé une part importante des programmes du Fonds mondial dans le pays. Ainsi, l’UNICEF et l’OMS, la Coopération française, le gouvernement des États-Unis (MSH),  l’Initiative Clinton pour l’accès à la santé (CHAI), Plan, PSI et Malaria No More,  fournissent un appui technique et financier des plus importants.

Le Fonds mondial est une organisation du 21e siècle conçue pour mettre plus rapidement un terme aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme. Fondé en 2002, le Fonds mondial est un partenariat entre des gouvernements, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies. Il collecte et investit près de 4 milliards de dollars US par an à l’appui de programme menés par des spécialistes locaux dans plus de 140 pays.