L'essai randomisé NEAT001/ANRS 143 est un essai de grande ampleur avec comme Président du comité exécutif international, le Professeur François Raffi (CHU Nantes, France) et comme investigateur coordonnateur le Professeur Christine Katlama (Hôpital Paris VI Pitié Salpêtrière, INSERM U943, Paris). Il a été réalisé grâce au soutien de la Commission européenne (6ème PCRD - Recherche - Santé)1, de l'ANRS (France REcherche Nord&sud Sida-hiv Hépatites) et de plusieurs firmes (Janssen Pharmaceutica NV, Merck Sharp & Dohme Chibret et Gilead). Il concerne 805 patients naïfs de traitement antirétroviral, ayant un taux de CD4 inférieur ou égal à 500/mm3 et une charge virale supérieure à 1000 copies/mL, provenant de 15 pays différents. Deux traitements ont été administrés par tirage au sort. Le groupe 1 a reçu un traitement de référence, une trithérapie, composé d'un inhibiteur de protéase [darunavir +ritonavir (DRV/r)] associé à deux INTI [ténofovir/emtricitabine (TDF/FTC)].  Les patients du groupe 2 ont reçu une bithérapie associant un inhibiteur de protéase [darunavir + ritonavir (DRV/r)] à un inhibiteur d'intégrase [raltégravir(RAL)].

Le critère d'évaluation était le délai de survenue d'un échec virologique (l'absence d'une diminution significative de la charge virale) ou d'un échec clinique au cours de 96 semaines de traitement. La différence du taux d'échec entre les 2 groupes de traitement a montré que la bithérapie RAL + DRV/r n'était pas inférieure à TDF/FTC + DRV/r. Aucune différence n'est observée entre les deux groupes  en ce qui concerne l'augmentation du nombre de cellules CD4, la survenue d'effets indésirables graves, ou la fréquence d'arrêt pour événement indésirable. Néanmoins, des analyses ultérieures ont montré que pour les patients ayant à l'initiation du traitement un taux de CD4 inférieur à 200/mm3, la bithérapie est inférieure à la trithérapie.

Ces résultats montrent que la bithérapie RAL + DRV/r représente une alternative à la trithérapie  faisant intervenir deux INTI. Epargner cette dernière classe de médicaments est donc possible pour un traitement de première intention chez des patients ayant un taux de CD4 supérieur à 200/mm3. D'autres études portant, entre autres, sur l'adhérence, la toxicité ou encore la qualité de vie doivent être maintenant menées afin de confirmer l'efficacité et d'évaluer la sécurité de ce schéma thérapeutique alternatif.

Bibliographie

First-Line RAL + DRV/r is Non-Inferior to TDF/FTC + DRV/r: the NEAT001/ANRS143 Randomised Trial
François Raffi1, Abdel G Babiker2, Laura Richert3, Jean-Michel Molina4, Elizabeth C George2, Andrea Antinori5, Jose Arribas6, Stefano Vella7, Geneviève Chêne3, Anton L Pozniak8, and NEAT001/ANRS143 Study Group
1University Hospital, Nantes, France ~ 2MRC Clinical Trials Unit at UCL, London, UK ~ 3INSERM U897, Bordeaux, France ~ 4St Louis Hospital and University of Paris 7, France ~ 5INMI L Spallanzani, Rome, Italy ~  6Hospital La Paz, IdiPAZ, Madrid, Spain ~  7Istituto Superiore di Sanità, Rome, Italy ~  8Chelsea and Westminster Hospital, NHS Foundation Trust, London, UK

  • 1. A travers l’Istituto Superiore di Sanità, Rome