Le programme de dépistage des admissions médicales, avec option de refus, de l'hôpital universitaire de Croydon a été initié en 2011 (il est décrit dans l'article Tales of the late diagnosed de notre bulletin HIV treatment update, numéro 214).

Plus de 12 500 personnes ont été admises à l'unité d'hospitalisation de courte durée entre juillet 2011 et mars 2013. Un tiers de ces personnes (33%) ont été dépistées pour le VIH et le taux de dépistage a augmenté à 41% pendant la deuxième partie de l'étude.

Vingt personnes ont eu un résultat positif, dont 14 hommes. Ce taux de diagnostic de 0,48% est à peu près le même que le taux de VIH général dans l'arrondissement londonien de Croydon.

Parmi les personnes dont le test était positif, 17 représentaient un nouveau diagnostic et trois personnes avaient eu un résultat positif auparavant mais avaient abandonné les filières de soins: deux d'entre elles ont été réintégrées avec succès dans les services de soins, et les efforts continuent pour contacter un autre patient. Onze patients ont commencé le traitement antirétroviral. Un nouveau diagnostic a également été établi parmi les contacts des personnes séropositives. Un autre patient était au stade de la primo-infection ; il était marié à une femme enceinte et deux ans plus tard, sa femme et son enfant sont toujours séronégatifs.

Commentaire: Un des aspects les plus importants de cette étude était que cette politique représentait un moyen remarquablement bon marché de détecter les nouvelles infections au VIH: le coût de 4122 tests de dépistage remontait à £20 527, ou £1466 pour chaque nouveau diagnostic. Ce n'est pas la première étude londonienne à trouver que le dépistage au moment des admissions hospitalières est un moyen efficace de détecter les personnes dont le VIH n'est pas diagnostiqué : L'étude HINTS avait constaté une prévalence considérablement plus élevée chez les personnes admises à l'hôpital par rapport aux personnes dans les services d'urgence ou de soins primaires.

> Traduction de Sylvie Beaumont.

Lire l'article intégral sur aidsmap.com

A lire également sur Aidsmap

- Les risques d'infection au VIH parmi les hommes gays varient énormément : les implications pour la PrEP
- La consommation de drogues injectables diminue parmi les personnes qui ont un résultat positif au test de dépistage de l'hépatite C
- Une étude anglaise porte sur les travailleurs du sexe
- Les jeunes gays récemment diagnostiqués aux Etats-Unis ont des charges virales élevées
- Le dépistage au moment de l'admission à l'hôpital révèle de nombreux nouveaux diagnostics
- La charge virale et les comportements à risque diminuent grâce au conseil informatisé
- Le webinaire de NAM/AVAC - Une mise à jour sur la recherche sur la prévention du VIH: Que faut-il surveiller en 2014