Le traitement anti-VIH de norme  consiste en une association de trois antirétroviraux issus d'au moins deux classes différentes de médicaments. Mais de nombreux médicaments appartenant à la classe des inhibiteurs nucléosidiques de transcriptase inverse ont des effets secondaires importants. Les chercheurs voulaient découvrir s'il était possible d'abandonner un de ces médicaments et de réduire ainsi les risques d'effets secondaires, ce qui simplifierait le traitement et en réduirait le coût.

Ils ont donc conçu une étude portant sur environ 400 personnes qui commençaient le traitement. Les participants à l'étude ont été randomisés pour prendre soit une trithérapie à base de Kaletra avec une pilule à dose fixe de deux INTI combinés, soit une bithérapie à base de Kaletra avec du 3TC

Le 3TC est reconnu comme étant un médicament très bien toléré.

Après 48 semaines de traitement, 88% des personnes prenant la bithérapie avaient une charge virale indétectable par rapport à 84% des personnes prenant la trithérapie.

La bithérapie a bien marché chez les personnes qui avaient une charge virale élevée (au dessus de 100,000 copies/ml).

> Traduction de Sylvie Beaumont.

> Lire l'article intégral (en anglais) sur Aidsmap.com.

A lire également sur Aidsmap

- Recommandations européennes: Les choix individuels et la santé publique
- Assurer la qualité des soins en Europe
- Un inhibiteur d’intégrase expérimental se montre prometteur 
- La santé mentale, la prise de médicaments psychiatriques et le suicide
- Des supports d’informations pour les personnes séropositifs
- L’avenir du traitement et de la prise en charge du VIH
- Recrudescence de l’épidémie du VIH parmi les usagers de drogues injectables
- Les nouveaux médicaments contre l’hépatite