Cet article a été publié dans Swaps n°68.

Les auteurs ont estimé les effets du tabagisme sur la mortalité, le risque relatif de mortalité et l’espérance de vie par rapport aux effets de l’infection au VIH chez 2921 patients traités entre 1995 et 2010, en comparaison avec 10642 sujets contrôles. Les résultats montrent que la mortalité toutes causes confondues et la mortalité non liée à l’infection au VIH sont augmentées chez les fumeurs par rapport aux non-fumeurs (RR = 4,4 ; IC95 : 3,0-6,7 ; et RR = 5,3 ; IC95 : 3,2-8,8, respectivement).

L’excès de mortalité (taux pour 1000 personnes) parmi les fumeurs par rapport aux non-fumeurs était de 17,6 (13,3-21,9) pour les patients séropositifs, et de 4,8 (3,2-6,4) pour les contrôles. L’espérance de vie d’un patient séropositif de 35 ans qui fume est de 62,6 ans, alors qu’elle est de 78,4 ans pour un patient non fumeur.

Le nombre d’années de vie perdues lié au tabagisme associé au VIH est de 12,3 ans alors qu’il est de 5,1 ans pour la seule infection au VIH. Enfin, le risque de mortalité attribuable au tabagisme était de 61,5% chez les séropositifs, contre 34,2% dans la population contrôle.

En conclusion, dans nos pays où la prise en charge de l’infection au VIH est bien organisée et les traitements accessibles, les personnes séropositives perdent plus d’années de vie à cause du tabagisme que du VIH. L’excès de mortalité des fumeurs est triplé et le risque de mortalité attribuable au tabagisme est doublé parmi les séropositifs, en comparaison avec le reste de la population.

Notes

Mortality attributable to smoking among HIV-1-infected individuals : a nationwide, population-based cohort study.
Helleberg M, Afzal S, Kronborg G et al. 
Clin Infect Dis. 2012 Dec 18. [Epub ahead of print].