> Act Up-Paris exige la démission immédiate de Gabriel Jaramillo
Act Up-Paris ne veut pas d'un banquier à la tête du Fonds mondial de lutte contre le sida , le paludisme et la tuberculose. On ne « gère » pas la lutte contre ces trois pandémies, on ne « gère » pas la prévention, le dépistage et l'accès aux soins. Or, c'est ce que fera ce banquier. Il l'a annoncé lui-même : il entend « aider » le Fonds « en améliorant sa gestion des risques et des subventions ».

> Sidaction inquiète après la démission du Pr. Michel Kazatchkine
Aujourd’hui, Sidaction est inquiète de l’évolution du Fonds mondial. Les pays donateurs, notamment ceux qui sont membres de son Conseil d’administration, cherchent à faire des économies dérisoires et cruelles au détriment des malades des pays à ressources limitées. En conséquence, le Fonds ne dispose plus des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par les Nations-Unies vis-à-vis de la lutte contre les trois maladies les plus mortelles.

> Ban Ki-Moon est informé de la démission de Michel Kazatchkine
Le Secrétaire général rend hommage au professeur Kazatchkine pour son travail de plus de cinq ans à la tête du Fonds  mondial et un dévouement jamais démenti à la santé et aux droits de l’homme des millions de personnes les plus vulnérables dans le monde.

> Communiqué de presse de l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales
L’ANRS tient à saluer l’engagement de ce militant de la lutte contre le sida. Médecin, chercheur, il a dirigé l’ANRS de 1998 à 2005 avant de devenir Ambassadeur chargé de la lutte contre le sida et les maladies transmissibles. (...) Le combat contre le sida au niveau international a encore besoin de la compétence et de l’engagement  de Michel Kazatchkine.

> «C’est un putsch ! Les Américains ont poussé Michel Kazatchkine à la démission»La Tribune de Genève
Au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, des collaborateurs n’hésitent pas à parler de «putsch». Ceux, du moins, qui n’applaudissent pas la démission mardi du docteur français Michel Kazatchkine, un directeur exécutif certes visionnaire mais aux décisions parfois très contestées.

> Gates promet 750 millions de dollars au Fonds mondial de Lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludismeYahoo Actualités
Bill Gates, qui a fait cette annonce au Forum économique mondial (WEF) de Davos, en Suisse, a expliqué qu'il espérait ainsi encourager d'autres donateurs potentiels. "Les temps sont durs pour l'économie mais ce n'est pas une excuse pour priver d'aide les plus pauvres du monde", a-t-il lancé.

> Michel Kazatchkine ou le combat juste - La plume et le bistouri
Michel Kazatchkine a des défauts, comme parfois ce goût prononcé pour la diplomatie. Il peut même être autoritaire. Mais dans le monde compliqué de la santé où pullulent les réseaux et les conflits d’intérêts, jamais il n’a été pris en défaut. L’homme est honnête. Et son rôle aura été essentiel ces dix dernières années.

> Les associations saluent le bilan du Fonds mondial antisida - La Croix
Les multiples commentaires autour du départ annoncé de son directeur général, le Français Michel Kazatchkine, ont tendance à éclipser le bilan de ce fonds largement salué par les associations antisida, en général sévères contre les institutions internationales.