Dans le cadre de son projet «Prévention du VIH / sida et des IST auprès des transporteurs routiers», Au Maroc, l'Association de lutte contre le sida (ALCS) réalise des opérations de sensibilisation et de dépistage auprès des routiers et des professionnelles du sexe en intervenant en particulier sur les grandes aires d'attente et de repos des routiers situées au bord du principal axe routier marocain.

Le but de ce programme de prévention est de sensibiliser les transporteurs routiers, une population particulièrement vulnérable à l'infection à VIH, sur les lieux où ils sont exposés à des comportements à risque et susceptibles d'être réceptifs aux messages de prévention.

Ce programme intervient dans le même temps auprès des professionnelles du sexe. La prévalence de cette infection dans cette population est de 2,6% au Maroc, alors que la prévalence dans la population générale est inférieure à 0,1%. C'est un partenariat avec l'Institut Pasteur, la Fondation Total et le Fonds Mondial qui a rendu possible la mise en place de ces programmes de prévention de l'infection à VIH, de 2007 à 2012.

Le projet comprend également une étude CAP (connaissances - attitudes - pratiques) en vue d'analyser la situation des routiers Marocains face au sida et aux IST et de concevoir un programme adapté à leurs besoins. Cette étude, qui avait également pour objectif de donner une référence pour évaluer ultérieurement l'impact du programme, a déterminé que 87,5% des routiers ont des comportements à risque et que seuls 6,8% ont une bonne connaissance des moyens de transmission. Cette population est donc très vulnérable face au VIH/sida et aux IST, et est, par ses habitudes, vecteur de risque pour les professionnelles du sexe et partenaires (occasionnelles ou non) qu'elle fréquente.

Quatre cent quatre-vingt quatre questionnaires ont été administrés sur une vingtaine de sites de regroupement de routiers et choisis aléatoirement parmi la centaine de sites principaux repérés par les équipes de l'ALCS.

Population ciblée

Les routiers forment une population très variée : conducteurs de poids lourds, chauffeurs de taxi longues distances... Dans le programme de l'ALCS, le terme routiers désigne concrètement tous les professionnels de la route fréquentant plus ou moins régulièrement des sites de regroupement de routiers, sans distinction de métier, de nationalité ou d'appartenance à une société. En plus des routiers s'y trouvent des mécaniciens, des courtiers (apporteurs d'affaires), des cafetiers, etc.

Quand ils ne conduisent pas en effet, les routiers se retrouvent sur des aires d'attente où ils peuvent stationner, se reposer, se restaurer, se divertir ou réparer leur camion tout en restant disponibles pour une prochaine mission. Ces sites sont le plus souvent hors des centres- villes, au bord des grands axes routiers.
En pratique, l'initiative vise toutes les personnes qui fréquentent ces sites de regroupement.

Périmètre d'intervention

Le périmètre d'intervention du programme s'étend le long du grand axe Nord/Sud, entre Tanger et Guelmim. En concentrant les opérations sur les sites de regroupement de routiers qui le bordent, le programme touche potentiellement tous les routiers circulant au Maroc puisque cet axe est un passage obligé pour la plupart des longs trajets qui s'y effectuent.

L'ALCS intervient sur les sites à partir de 6 agglomérations où elle dispose de sections : Tanger, Casablanca, Marrakech, Béni-Mellal, Agadir et Guelmim.

L'intervention

Pour les besoins du programme, l'ALCS a créé ses propres supports d'information. Les routiers sensibilisés reçoivent un carnet de bord dont les feuillets sont précédés de fiches illustrées sur le VIH/sida avec, en couverture, le numéro de téléphone du centre d'informations sur le sida mis en place par l'ALCS et la carte des locaux et centres de dépistage. Une cassette a été conçue pour les routiers qui ne savent pas lire reprenant toutes les informations contenues dans le carnet de bord. 5000 exemplaires de chaque ont été édités, uniquement en arabe. Une malle de jeux enfin a été mise au point en direction des professionnelles du sexe pour animer les permanences. Le but de ces jeux est d'amener les participants à être le plus honnête possible avec eux-mêmes pour prendre conscience de leurs habitudes réelles face au sida.

Les opérations de sensibilisation des routiers se font directement sur les sites de regroupement, de manière informelle, au bas des camions ou autour d'un thé. L'intervenant commence par poser des questions sur les connaissances et pratiques du petit groupe auquel il s'est mêlé. Il poursuit par un exposé de quelques minutes sur le sida et les IST, les modes de transmission et les moyens de prévention. A la fin des 15 ou 20 minutes de discussion, il remet à chacun des participants un fascicule ou une cassette qui reprend les thèmes de son exposé et distribue gratuitement des préservatifs à la demande.

Ces opérations sur les sites de regroupement sont également l'occasion pour l'ALCS de pérenniser son action en recrutant des futurs pairs éducateurs appartenant à la population cible. Une fois sélectionnés, ces futurs pairs reçoivent une formation de 2 jours. Cette IEC du quotidien est largement reconnue comme un des moyens les plus efficaces pour faire changer les comportements.

Professionnelles du sexe

Les professionnelles du sexe fréquentent régulièrement les sites de regroupement de routiers à la recherche de clients, mais ce n'est pas en ces endroits qu'elles peuvent être réceptives à une opération de sensibilisation. Contrairement aux routiers qui se reposent, elles sont alors en activité et craignent l'intervention des forces de l'ordre.

Le moyen le plus efficace de les toucher est de les rencontrer chez elles, au cours d'opérations de porte-à-porte, à des heures où elles ne travaillent pas (souvent en début d'après-midi). Leur sensibilisation se fait aussi au cours des permanences organisées dans les locaux de l'ALCS.

Afin de faciliter le dialogue, le porte-à-porte est effectué par des équipes féminines.

Dépistage

Les opérations de sensibilisation et de dépistage sont au cœur du programme, dans un objectif de prévention du VIH/sida et des IST. Un accompagnement à la prise en charge des personnes séropositives est prévu.

Le dépistage est inabordable pour la plupart des marocains dans les laboratoires privés (200 dirhams, environ 20 euros, pour un test de dépistage et 800 dirhams, environ 80 euros, pour un test de confirmation).

Les IST sont aussi également dépistées. Un test rapide pour la syphilis (Syphilitop®) est proposé en même temps que le test du VIH (même principe, même temps d'exécution), ainsi que trois autres types de tests: analyse bactériologique (dont chlamydiae), analyse mycologique et recherche des mycoplasmes.

Les personnes testées sont à nouveau reçues une demi-heure plus tard par le médecin pour recevoir leur résultat. En cas de test positif, le médecin fait un prélèvement de sang qui est envoyé dans un laboratoire partenaire pour confirmation. Le résultat est alors disponible 10 à 15 jours plus tard dans le centre de l'ALCS choisi par le routier.

Le problème avec ce long délai est le un risque important de «perdus de vue». L'idéal serait de pouvoir confirmer le diagnostic par un deuxième test rapide, ce qui est le cas dans les pays de forte prévalence de l'infection à VIH.

A suivre

Ce projet est actuellement en cours, jusqu'à fin 2012 et devrait être reconduit pour 5 ans dans le cadre du round 10 du Fonds mondial. Les résultats, présentés à Mexico et à Dakar en 2008, sont actuellement exploités dans un article rapportant l'expérience. Enfin, le rapport d'activité de l'association, en cours de validation, permettra de connaître de nouvelles données.