Le nombre des personnes infectées par le VIH mais l'ignorant est estimé à 40 à 50 000 en France. Entre un quart et un tiers des personnes atteintes découvrent leur maladie à un stade tardif, avec des conséquences négatives sur leur santé et des risques de transmission du virus augmentés.

Dans le cadre de l'élaboration de ses recommandations sur les stratégies et le dispositif de dépistage du VIH en France, la Haute Autorité de Santé (HAS) a demandé à une équipe scientifique, dirigée par le Pr Yazdanpanah, un travail de modélisation dont l'objectif était d'évaluer en termes d'efficacité, de coût et de ratio coût/efficacité, différentes stratégies de dépistage.

Le modèle a comparé les coûts totaux générés par la mise en place de nouvelles stratégies de dépistage (coût direct total) à leur efficacité médicale (QALYs - nombre d'années de vie gagnées ajustées par la qualité). L'étude a été faite en population générale et dans certaines populations à risque augmenté. Les résultats de l'évaluation ont été interprétés au regard de différents seuils d'efficience (seuil proposé par l'OMS et rapports coût-efficacité de différentes interventions de santé publique).

Les résultats de ce travail scientifique, réalisé sous la direction du Pr Yazdanpanah et associant des chercheurs français (ANRS, InVS) et américains, viennent d'être publiés en ligne.

> Routine HIV Screening in France: Clinical Impact and Cost-Effectiveness  (pdf, 192 Ko) / Y. Yazdanpanah et all. - PloS One, 1er octobre 2010, vol. 5, n° 10, 9 p. -doi:10.1371/journal.pone.0013132.