Le président demande aux hôpitaux bénéficiant de fonds fédéraux de mettre un terme à la pratique communément établie et couramment admise qui n'autorise que les membres de sa famille ou le conjoint légal à rendre visite à un patient. Selon la nouvelle règle, les établissements hospitaliers seront donc tenus de «respecter les droits du patient de choisir ses visiteurs».

Les consignes présidentielles rappellent que «tous les jours, dans toute l'Amérique, des patients se voient refuser l'affection et le soutien d'êtres chers, qu'ils soient aux urgences ou dans un service de long séjour. Les homosexuels sont souvent empêchés de se trouver aux côtés du partenaire avec lequel ils ont partagé parfois des dizaines d'années de leur vie. Ils se retrouvent dans l'incapacité de se rendre auprès de la personne qu'ils aiment, dans l'incapacité d'agir à sa place légalement si leur partenaire ne peut le faire.»

Le président Obama a en effet décidé, qu'outre le droit de visite, les partenaires d'homosexuels hospitalisés se verraient accorder le droit d'agir et de prendre des décisions à leur place lorsqu'ils ne sont pas en état de le faire.

> Memorandum for the Secretary of Health and Human Services : respecting the rights  of hospital patients to receive visitors and to designate surrogate decision makers for medical emergencies (eng) / The White House. - 15 avril 2010. - 2 p.