Les auteurs expliquent qu'ils ont "posé l'hypothèse qu'un traitement prophylactique intermittent avec un antirétroviral (ARV) de longue durée d'action pourrait être efficace pour bloquer les stades précoces de la réplication virale et empêcher la transmission du virus."

Des groupes de six singes macaques ont été exposés à un SHIV utilisé pour les études animales de la maladie humaine. Celui-ci a été administré par voie rectale, une fois par semaine, pendant quatorze semaines. On a donné à ces macaques du Truvada®, association de deux inhibiteurs de la transcriptase inverse, le ténofovir et l'emtricitabine, selon un schéma posologique simple comportant une dose orale prise soit un, soit trois, soit sept jours avant l'exposition, suivie d'une seconde dose deux heures après l'exposition. Ce schéma a été comparé à une administration quotidienne de Truvada®.

Une protection identique

L'étude montre que les deux modes d'administration confère une protection identique. Les auteurs précisent que "la meilleure protection est conférée par le traitement intermittent encadrant l'exposition. Ce schéma divise par quinze à seize le risque de contracter l'infection. En complément, un schéma posologique commencé deux heures avant ou après l'exposition au virus s'est révélé efficace. Une protection totale est obtenue en doublant les concentrations de Truvada® à chaque administration. En revanche, il n'y a aucune protection si la première dose de Truvada® est retardée et donnée vingt-quatre heures après l'exposition." Cette dernière donnée souligne l'importance du blocage rapide de la réplication virale dans la muqueuse.

Les auteurs suggèrent que la prise orale de Truvada® pourrait empêcher la transmission du VIH chez les humains. L'antirétrovital pourrait être pris à l'occasion d'une exposition, ou régulièrement, à raison d'une à deux doses par semaine avec une dose supplémentaire après une exposition au virus.

Intermittent prophylaxis with oral Truvada protects macaques from rectal SHIV infection / J. G. Garcia-Lerma et all. - Science translational medicine, 13 janvier 2010, vol. 2, n° 14.