Coeur - Une étude grecque montre que les traitements ARV rigidifient la paroi des artères. Un nombre de CD4 inférieur à 200 copies/mm3, une infection ancienne ou bien un cholestérol élevé sont également des facteurs de risque d' athérosclérose chez les personnes vivant avec le VIH .

Cerveau - On pensait que les ARV, s'ils parvenaient jusqu'au cerveau, le protégeaient des effets délétères du VIH. Pourtant, dans une récente étude, les patients avec les traitements les plus à même de pénétrer dans le liquide céphalorachidien sont les plus exposés, après un an de traitement, à un déclin des fonctions cognitives. 

Effets indésirables - Les effets indésirables induits par l'efavirenz (Sustiva©, également dans Atripla©) peuvent être atténués par une exposition par dose croissante à la molécule, durant les deux premières semaines de traitement, selon une étude publiée par des chercheurs espagnols.

Europe - La Commission européenne a rendu son rapport le 8 juillet sur la concurrence dans le secteur pharmaceutique. Elle condamne les stratégies retardant l'introduction de génériques et annonce des enquêtes pour pratiques anti-concurrentielles contre plusieurs groupes pharmaceutiques, dont le laboratoire Servier. L'enquête avait débuté en janvier 2008 à la suite d'inspections chez AstraZeneca, GlaxoSmithKline, Pfizer, Merck et Sanofi-Aventis, entre autres. 

Réservoirs (1) - Des chercheurs de l’Université de Montréal viennent de mieux identifier les cellules-réservoirs du VIH, responsables de la virémie persistante. Les scientifiques pensent qu'une chimiothérapie ciblée en association à un traitement immunitaire pourrait permettre d'envisager l'éradication virale. 

Réservoirs (2) - La méthylation de la cytosine de l'ADN viral constitue l'un des mécanismes clés de la latence du VIH dans des cellules T. La bloquer permettrait d'éviter que ces virus cachés, restés inaccessibles au traitement ARV, ne fassent remonter la virémie dès l'interruption thérapeutique. A lire sur PLoS Pathogens.

Tuberculose (1) - Les résultats d'une étude de 3 ans publiés dans le Bulletin de juillet de l'Organisation mondiale de la santé (en anglais) confirment les recommandations de l'OMS, datant de 2007 et disponibles en ligne (PDF, 369 Ko, en anglais): Les nourrissons séropositifs ne doivent pas être vaccinés par le BCG (Bacille Calmette-Guérin), ce dernier comportant dans ce cas un plus grand risque mortel. La vaccination des enfants dont le statut est inconnu mais qui présentent des symptômes suggérant une infection au VIH doit être également retardée.  

Tuberculose (2) - Deux molécules utilisées pour lutter contre la maladie de Parkinson sont efficaces contre la forme résistante de la tuberculose, selon une étude américaine.