Dès début novembre, Act Up-Paris et Plus, coalition internationale sida, avait tiré la sonnette d'alarme. Durant le Conseil d'Administration du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme du 8 novembre 2008, la France et d'autres partenaires ont imposé des plafonds aux financements. Ainsi les pays verraient s'appliquer une coupe de 10% sur leurs financements de nouveaux projets pour les deux prochaines années, puis 25% pour les trois années suivantes. D'autre part, un plafond de 40% d'augmentation budgétaire s'appliquera sur les projets en cours. 

Roseline Bachelot, ministre française de la Santé, a été interpellée à ce sujet par des activistes lors de sa conférence de presse à l'ICASA. Elle a répondue avant de passer la parole à Jean-François Delfraissy, directeur de l'ANRS, et à Bruno Spire, président de AIDES.

> A lire également, sur Yagg, le point de vue de la militante d'Act Up-Paris qui a interpellé la ministre : "Mon carnet de bord activiste à Dakar", par Pauline Londeix.